LUCARNE

A travers cette lucarne ovale, vous percevrez un peu de moi. Balade au hasard du chemin, déambulation vers les choses que j'aime. Je ne sais pas où je vais... Je me laisse simplement porter au gré du vent.

29 juin 2006

JE VOUDRAIS PAS CREVER

Je voudrais pas creverAvant d'avoir connuLes chiens noirs du MexiqueQui dorment sans rêverLes singes à cul nuDévoreurs de tropiquesLes araignées d'argentAu nid truffé de bullesJe voudrais pas creverSans savoir si la luneSous son faux air de thuneA un coté pointuSi le soleil est froidSi les quatre saisonsNe sont vraiment que quatreSans avoir essayéDe porter une robeSur les grands boulevardsSans avoir regardéDans un regard d'égoutSans avoir mis mon zobeDans des coinstots bizarresJe voudrais pas finirSans connaître la lèpreOu les sept... [Lire la suite]
Posté par memoire du vent à 13:17 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

29 juin 2006

Je pense à Emilienne

Posté par memoire du vent à 12:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 juin 2006

Amina Saïd

. Une vie ne suffit pas pour nous savoir absents  Luis Alberto Crespo Combien de fois sortir de soi une plume d’oiseau blanche à la main sans trembler de ne jamais revenir à soi-même combien de fois errer dans l’incertain et l’immense ouvrir les yeux sur la sobre nuit nommer transfigurer toutes choses ou les passer sous silence combien de fois s’en aller sans un soupir sans même les mots où vivre ensemble combien de fois aimer partir tomber se relever mourir renaître oublier... [Lire la suite]
Posté par memoire du vent à 13:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
26 juin 2006

Petite exposition

. . VALBOSSE . . par Nina . . . . Les enfants de l'école primaire Coligny-Cornet
Posté par memoire du vent à 21:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
25 juin 2006

LAURE

 LE CORBEAU C’était dans la forêt le silence et le secret d’une étoile à multiples rayons. Loin, à l’orée du bois dans cette allée que des arbres bas couvrent en arceau un enfant passa perdu effrayé, émerveillé de me voir comme je l’apercevais lui-même tout enchâssé dans une sphère à flocons de neige. Les tourbillons nous rapprochaient comme pour se jouer de lui et de moi. Un soleil violet, hors d’usage et des lueurs d’orage nous glaçaient d’épouvante.... [Lire la suite]
Posté par memoire du vent à 19:53 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
25 juin 2006

Pour Kamel

.                    Que restera-t-il ? Que restera-t-il des présents du nuage blanc - Une fleur de sureau. Que restera-t-il de la brume de la vague bleue ? - La cadence du temps. Que restera-t-il du saignement de l’idée verte ? - De l’eau dans les veines du chêne Que restera-t-il des larmes de l’amour ? - Un doux tatouage sur le pourpre. Que restera-t-il de la poussière de la quête d’un sens ? - La voie de l’ardeur. Que... [Lire la suite]
Posté par memoire du vent à 17:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

25 juin 2006

Quand Lila joue...

Les photos de la fête de l'école sont à gauche dans l'album.
Posté par memoire du vent à 12:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 juin 2006

SWING de Tony Gatlif

Pour Adèle . . Max, fils unique, est âgé d’une dizaine d’années. C’est un fan de jazz manouche qu’il a découvert en écoutant jouer Miraldo, un virtuose de la gui- tare. Cette musique devient sa passion et le con- duit vers le quartier des manouches où il achète une vieille guitare ? Grâce aux cours que Miraldo veut bien lui donner, Max va faire l’apprentissage de la musique et de la culture manouche. Très vite, il devient l’ami de Swing, jeune manouche de son âge  qui le... [Lire la suite]
Posté par memoire du vent à 17:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
22 juin 2006

Diego Rivera

                                          Diego Rivera
Posté par memoire du vent à 23:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 juin 2006

Le loup et le chien

. Un loup n’avait que les os sur la peau, Tant les chiens faisaient bonne garde. Ce loup rencontre un dogue aussi puissant que beau, Gras, poli, qui s’était fourvoyé par mégarde. L’attaquer, le mettre en quartiers, Sire loup l’eût fait volontiers. Mais il fallait livrer bataille, Et le mâtin était de taille À se défendre hardiment. Le loup donc l’aborde humblement, Entre en propos, et lui fait compliment Sur son embonpoint qu’il admire. « Il ne tiendra qu’à vous, beau sire, D’être aussi gras... [Lire la suite]
Posté par memoire du vent à 23:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :