LUCARNE

A travers cette lucarne ovale, vous percevrez un peu de moi. Balade au hasard du chemin, déambulation vers les choses que j'aime. Je ne sais pas où je vais... Je me laisse simplement porter au gré du vent.

12 septembre 2011

Ils craignent Peu savent qu'à se détourner ils retrouveraient le sel de la vie A se détourner ils craindraient de se voir transformer en statue de sel. Peu savent qu'à se détourner de droit chemin ils retrouveraient le goût.   Laure
Posté par memoire du vent à 22:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

28 janvier 2007

écrits de Laure

Dernier poème. Ce texte a été écrit peu de temps avant sa mort en 1938 à l'age de 35 ans.                  Je l'ai vue Je l'ai vue - cette fois je l'ai vueoù ? à la limite de l'aube et de la nuit l'aube du jardinla nuit de la chambre avec un sourire qui craqueune patience d'angeelle m'attendEt je le sais bien Puis d'une voix lointaineelle m'a ditAh mais nonTu ne deviendras pas folleEntends-tu, tu ne te conduiras pas comme cela,Tu feras ceci et cela. Elle parlait... [Lire la suite]
Posté par memoire du vent à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 juin 2006

LAURE

 LE CORBEAU C’était dans la forêt le silence et le secret d’une étoile à multiples rayons. Loin, à l’orée du bois dans cette allée que des arbres bas couvrent en arceau un enfant passa perdu effrayé, émerveillé de me voir comme je l’apercevais lui-même tout enchâssé dans une sphère à flocons de neige. Les tourbillons nous rapprochaient comme pour se jouer de lui et de moi. Un soleil violet, hors d’usage et des lueurs d’orage nous glaçaient d’épouvante.... [Lire la suite]
Posté par memoire du vent à 19:53 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
03 décembre 2005

D'où viens-tu ?

. D’où viens-tu avec ton cœur déchiré aux ronces du chemin. Les mains calleuses de casseur de pierre et ta tête gonflée comme une outre piquée ? . Nous sommes ceux qui crient dans le désert qui hurlent à la lune. .     Je le sens bien maintenant : « mon devoir m’est remis. » Mais lequel exactement ?      C’est parfois si lourd et si dur que je voudrais courir dans la Campagne.     Nager dans la rivière     oublier tout ce qui fut,... [Lire la suite]
Posté par memoire du vent à 19:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :