LUCARNE

A travers cette lucarne ovale, vous percevrez un peu de moi. Balade au hasard du chemin, déambulation vers les choses que j'aime. Je ne sais pas où je vais... Je me laisse simplement porter au gré du vent.

04 janvier 2013

La porte. Apollinaire - Ferré

La porte de l’hôtel sourit terriblement Qu’est-ce que cela peut me faire ô ma maman D’être cet employé pour qui seul rien n’existe Pi-mus couples allant dans la profonde eau triste Anges frais débarqués à Marseille hier matin J’entends mourir et remourir un chant lointain Humble comme je suis qui ne suis rien qui vaille Enfant je t’ai donné ce que j’avais travaille Guillaume Apollinaire
Posté par memoire du vent à 20:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,