LUCARNE

A travers cette lucarne ovale, vous percevrez un peu de moi. Balade au hasard du chemin, déambulation vers les choses que j'aime. Je ne sais pas où je vais... Je me laisse simplement porter au gré du vent.

04 janvier 2013

La porte. Apollinaire - Ferré


La porte de l’hôtel sourit terriblement
Qu’est-ce que cela peut me faire ô ma maman
D’être cet employé pour qui seul rien n’existe
Pi-mus couples allant dans la profonde eau triste
Anges frais débarqués à Marseille hier matin
J’entends mourir et remourir un chant lointain
Humble comme je suis qui ne suis rien qui vaille
Enfant je t’ai donné ce que j’avais travaille

Guillaume Apollinaire

Posté par memoire du vent - Des poètes, des artistes... - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

    Voeux

    Voilà qui me fait plaisir (sur un billet Léo Ferré) de présenter à tous mes meilleurs voeux 2013.
    Bien à vous...
    ...et en pensant souvent à Gérard.

    Posté par Pensez BiBi, 18 janvier 2013 à 11:33
  • Léo Ferré...Guillaume Apollinaire, pour vous souhaitez à tous une année belle, emplie de sereinité, de capacités à vaincre et à enrichir les évenements attendus ou non dans l'aventure nos vies.

    Bien à vous et à Pensez BiIBi.

    Bise Nathalie

    André

    Posté par Andre Aiello, 19 janvier 2013 à 16:05
  • derrière la porte
    cet interdit d'écouter de voir
    mais de lire point
    quelques mots d'Apollinaire
    le drame de l'écartèlement
    d'entre cette nuisance interne de l'incomplétude
    et du calme rêvé de l'accomplissement d'être

    Posté par regard, 29 juin 2013 à 05:57

Poster un commentaire