LUCARNE

A travers cette lucarne ovale, vous percevrez un peu de moi. Balade au hasard du chemin, déambulation vers les choses que j'aime. Je ne sais pas où je vais... Je me laisse simplement porter au gré du vent.

08 février 2011

Andrée Chedid

 

  « Rien, en Poésie, ne s'achève. Tout est en route, à jamais. En d'autres temps, d'autres termes, d'autres élans, la Poésie, comme l'amour, se réinvente par-delà toute prescription. Ne sommes-nous pas, en premier lieu, des créatures éminemment poétiques ? Venues on ne sait d'où, tendues vers quelle extrémité ? Pétries par le mystère d'un insaisissable destin ? Situées sur un parcours qui ne cesse de déboucher sur l'imaginaire ? Animées d'une existence qui nous maintient — comme l'arbre — entre terre et ciel, entre racines et créations, mémoires et fictions ? La Poésie demeurera éternellement présente, à l'écoute de l'incommensurable Vie. »


Andrée Chedid


Source : Terres de femmes

Posté par memoire du vent - Des poètes, des artistes... - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

    Merci, Andrée

    A lire ce bel écrit, qui fait de nous des êtres poètiques, vivant leurs présents magiques en lien ou pas avec leurs passés et qui les mènent vers un futur empli d'imaginaire.
    l'incommensurable vie de la poèsie, est et sera selon la présence de la femme.

    Merci à vous, j'ai le livre "Terre de Femmes" apporté par mon épouse et, mécréant que je suis, je ne l'ai pas encore lu.

    André

    Posté par Andre Aiello, 08 février 2011 à 16:11
  • Vous...

    J'apprends seulement aujourd'hui, que vous nous avez quitter Dimanche...Je connaissais très mal votre oeuvre, manquant vraisemblablement de culture poétique.
    Là où vous êtes aujourd'hui, je ne doute pas que le printemps des poètes vous fera fête.
    J'aime ce que vous êtes et comme l'a proclamé votre fils Louis, on ne dit jamais assez que l'on aime.

    Bien à vous, à lui et à tous vos proches, mais grâce à vous et peut être, à d'autres aussi, la poésie ne sera jamais en deuil.

    Posté par Andre Aiello, 09 février 2011 à 11:28

Poster un commentaire