LUCARNE

A travers cette lucarne ovale, vous percevrez un peu de moi. Balade au hasard du chemin, déambulation vers les choses que j'aime. Je ne sais pas où je vais... Je me laisse simplement porter au gré du vent.

23 septembre 2007

Habib Tengour

.à tous ceux qui sont tombés, amis et inconnus Ces textes témoignent des années de sang. Par delà la conjoncture,il  y  a  là,  pour le poète,  la  difficulté à  trouver ses mots  pour  les agencer en une métrique fluide.  La phrase nominale n'a pas été unchoix délibéré,  comme ne l'a  pas été le  martyr des  êtres chers. Le corps  se  disloque  dans  la  peine. Il ne prend pas garde à paraître. La  rue  a mis ses séductions... [Lire la suite]
Posté par memoire du vent à 09:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

23 septembre 2007

La vérité - en amour

             dans tout ce qui naît de nuit.              est-elle poison ?.Elle va et vient, monte et descend.              maladroite ingrate sous la soutane de l'impossible..Pourquoi alors,.n'offrons-nous pas nos corps.à ses moeurs étranges - telles qu'elles éxistent ?...Où est le chemin, ôillusion ?...AdonisCommencement du corpsfin de l'océanMercvre de Francep.123
Posté par memoire du vent à 08:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :