LUCARNE

A travers cette lucarne ovale, vous percevrez un peu de moi. Balade au hasard du chemin, déambulation vers les choses que j'aime. Je ne sais pas où je vais... Je me laisse simplement porter au gré du vent.

01 décembre 2012

Prière pour aller au paradis avec les ânes

.
.
Lorsqu'il faudra aller vers vous, ô mon Dieu, faites

que ce soit par un jour où la campagne en fête

poudroiera. Je désire, ainsi que je fis ici-bas,

choisir un chemin pour aller, comme il me plaira,

au Paradis, où sont en plein jour les étoiles.

Je prendrai mon bâton et sur la grande route

j'irai, et je dirai aux ânes, mes amis :

Je suis Francis Jammes et je vais au Paradis,

car il n'y a pas d'enfer au pays du Bon Dieu.

Je leur dirai : " Venez, doux amis du ciel bleu,

pauvres bêtes chéries qui, d'un brusque mouvement d'oreille,

chassez les mouches plates, les coups et les abeilles."

Que je Vous apparaisse au milieu de ces bêtes

que j'aime tant parce qu'elles baissent la tête

doucement, et s'arrêtent en joignant leurs petits pieds

d'une façon bien douce et qui vous fait pitié.

J'arriverai suivi de leurs milliers d'oreilles,

suivi de ceux qui portent au flanc des corbeilles,

de ceux traînant des voitures de saltimbanques

ou des voitures de plumeaux et de fer-blanc,

de ceux qui ont au dos des bidons bossués,

des ânesses pleines comme des outres, aux pas cassés,

de ceux à qui l'on met de petits pantalons

à cause des plaies bleues et suintantes que font

les mouches entêtées qui s'y groupent en ronds.

Mon Dieu, faites qu'avec ces ânes je Vous vienne.

Faites que, dans la paix, des anges nous conduisent

vers des ruisseaux touffus où tremblent des cerises

lisses comme la chair qui rit des jeunes filles,

et faites que, penché dans ce séjour des âmes,

sur vos divines eaux, je sois pareil aux ânes

qui mireront leur humble et douce pauvreté

à la limpidité de l'amour éternel.
.
.
Francis Jammes

 

d 040

 

Avec ton sourire, tu nous as offert ce poème en guise d'adieu. Il te ressemble Doudou. Ce fut tendre, fragile, généreux... si émouvant. Tu es partie accompagnée par "les doux amis du ciel bleu". Merci maman.

 

 

Posté par memoire du vent - Des poètes, des artistes... - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

    Plein de tchoums,de baisés à Odile de la part de nous tous.

    Posté par nathalie, 02 décembre 2012 à 22:46
  • Geneviève

    Oui...ce poème de Francis Jammes, me parle bien de toi, de ta beauté
    extérieure certes mais intérieure aussi.
    Toi si volontaire, sereine, douce et généreuse... Une Femme que je ne peux qu'aimer.

    Sois bien là où tu es.

    André

    Posté par Andre Aiello, 03 décembre 2012 à 16:37
  • BEAU VISAGE...

    Beau visage.... et d'après ce que je pressens, beau coeur !

    Le chiffre blanc de la nuit
    se laisse découvrir
    en grattant le papier
    noirci d'encre

    et la lumière apparaît
    doucement
    par les anfractuosités
    de l'ombre...

    Comment sortir
    de nos enfermements,
    comment jouer
    à qui part gagne ?

    Suffirait-il d'ouvrir les yeux
    et de renaître au monde
    par l'entremise
    d'un simple sourire ?

    Posté par Bernard Prttoy, 27 janvier 2013 à 06:35
  • Geneviève,

    ...de temps à autres, spleen ou pas spleen...je relis ta prière et je pense à la vèritable chance de t'avoir connu.

    Je t'embrasse là où tu es.

    André

    Posté par Andre Aiello, 08 février 2013 à 16:49

Poster un commentaire