LUCARNE

A travers cette lucarne ovale, vous percevrez un peu de moi. Balade au hasard du chemin, déambulation vers les choses que j'aime. Je ne sais pas où je vais... Je me laisse simplement porter au gré du vent.

23 juin 2007

Antoine Vitez, " Discours sur le colonialisme" d'Aimé Césaire

"Discours sur le colonialsime" Césaireenvoyé par MELMOTH..Un extrait de  "Et les chiens se taisaient"   ICI
Posté par memoire du vent à 08:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,