LUCARNE

A travers cette lucarne ovale, vous percevrez un peu de moi. Balade au hasard du chemin, déambulation vers les choses que j'aime. Je ne sais pas où je vais... Je me laisse simplement porter au gré du vent.

15 mai 2007

Le chant d'Akli

.
1_1038
.
.

.
.
                                 IV
.
.

.
.

                            Le premier
                            acte fut
                            violent,
                            de
                            cette
                            violence de
                            présence,
                            là
                            même
                            aux jours
                            antiques
                            sur  le
                            grand risque
                            du
                            rouge-gorge.

.
.
.

.
.
.
                           Pourquoi
                           ma terre
                           si
                           lointaine
                           et mon désir
                           d'être
                           ouvert
                           comme arbre
                           mûr
                           en printemps.

.
.

.
.
.
.
                           Il fait
                           soleil
                           peu
                           visible
                           et  je
                           demeure
                           contre une porte.

.
.

.
.
.
.
                           De l'
                           autre côté
                           je la sais
                           l'étendue
                           à peine plus
                           libre
                           que
                           ma main
                           depuis ce
                           jour où je
                           fus
                           proche
                           de ce
                           lignage où
                           j'abordais.

.
.

.
.
.
.
                            Je  fus  chassé
                                 non  pas
                                     de
                               moi-même
                                      à
                               mon  désir
                                   mais
                                     de
                                 ma trace
                                   et d'
                              une  légende
                                 où  court
                                      le
                                 meurtrier.

.
.

.
.
.
.
                           Je fus  chassé
                               non  pas
                                    de
                                  terre
                                     à
                                    un
                                  alpage
                                   mais
                                    de
                                    ma
                                   rage
                                     d'
                                    être
                                  chassé.

.
.

.
.
.
.
                           et
                           c'est ainsi
                           avant
                           que d'être
                           je fus
                           tué.

.
.

.
.
.
.
                           Premier
                           Novembre
                           C'est
                           ici
                           ma naissance
                           et pour
                           dire
                           je demeure
                           en
                           délit

.
.

.
.
.
.
                           était-ce
                           ma
                           loi
                           ou
                           au dire
                           du poète
                           celle
                           d'
                           une
                           tribu.

.
.

.
.
.
.
                           Je suis
                           dehors
                           par
                           grand froid
                           la neige
                           glisse
                           dans
                           mes doigts
                           comme une
                           colombe
                           au dos
                           et
                           troué.

.
.

.
.
.
.
                           et
                           c'est
                           très dur
                           de
                           tenir
                           sans bouger
                           surtout la
                           nuit
                           il fait
                           si noir.

.
.
.
.

.
.

                          Nabile Farès
                          Le chant d'Akli
                          Editions l'Harmattan
.
.
http://www.limag.refer.org/Textes/Manuref/fares.htm
.
Extrait de L'exil et le désarroi
Extrait de Mémoire de l'Absent

Posté par memoire du vent - Des poètes, des artistes... - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire