LUCARNE

A travers cette lucarne ovale, vous percevrez un peu de moi. Balade au hasard du chemin, déambulation vers les choses que j'aime. Je ne sais pas où je vais... Je me laisse simplement porter au gré du vent.

25 juin 2006

Pour Kamel

darwich

.

                   Que restera-t-il ?

Que restera-t-il des présents du nuage blanc

- Une fleur de sureau.

Que restera-t-il de la brume de la vague bleue ?

- La cadence du temps.

Que restera-t-il du saignement de l’idée verte ?

- De l’eau dans les veines du chêne

Que restera-t-il des larmes de l’amour ?

- Un doux tatouage sur le pourpre.

Que restera-t-il de la poussière

de la quête d’un sens ?

- La voie de l’ardeur.

Que restera-t-il du chemin

du grand voyage à l’inconnu ?

- La chanson du voyageur au cheval.

Que restera-t-il du mirage du rêve ?

- Les marques du ciel sur le violon.

Que restera-t-il de la rencontre

d’une chose et d’un rien.

- Le sentiment de sécurité du divin.

Que restera-t-il des paroles du poète arabe ?

- Un abîme… et un filet de fumée.

Que restera-t-il de tes paroles, toi ?

-Un oubli nécessaire pour la mémoire du lieu.

                Mahmoud Darwich

                Ne t’excuse pas

Poèmes traduit de l’arabe par Elias Sanbar

.

Autre poème de Darwich  ICI

Posté par memoire du vent - Des poètes, des artistes... - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

  • je suis très touché
    vos savez que DARWICH veut dire fou en arabe
    et chez moi en Algerie on attribue ce terme aux visionnaires
    Mahmoud DARWICH me comble de folies sages
    merci Nathalie
    concernant l'entretien avec le vent
    j'ai beaucoup apprécié
    j'ai intitulé un de mes catalogue épuisé
    "conversation avec le vent"
    je crois que le vent est porteur d'espoir
    à très bientôt

    Posté par kamel YAHIAOUI, 26 juin 2006 à 00:33
  • Comme dans le très beau poème à votre mère où le vent porte la parole d'une fenêtre à une autre, d'une mère à son fils parti trop loin...

    « Elle confie au vent la chaude bénédiction
    Pour l¹exilé affamé d'affection maternelle
    Qui se languit de son amour
    Amoncelé dans un verre
    D¹encre fragile »

    Merci

    Posté par Nathalie, 26 juin 2006 à 13:04

Poster un commentaire