LUCARNE

A travers cette lucarne ovale, vous percevrez un peu de moi. Balade au hasard du chemin, déambulation vers les choses que j'aime. Je ne sais pas où je vais... Je me laisse simplement porter au gré du vent.

24 juillet 2005

PIERRE REVERDY

.

Né le 11 septembre 1889 à Narbonne, mort le 17juin à Solesme.
« Entre les deux il n’y a pas d’événements, il n’y a pas de dates,
il n’y a rien. C’est merveilleux ! »
écrivait Pierre Reverdy à Jean Rousselot avant d’ajouter :
« Il est bien entendu que ce qui importe c’est ce que vous inventerez. »
.
.

echelle3

Aux  premières lueurs  du jour

je  me  suis   levé   lentement

Je  suis  monté à  l’échelle du

mur, et,  par  la  lucarne, j’ai

regardé  passer  les  gens qui

s’en allaient.

 


    Pierre Reverdy   
 

 

 

                                             braque2       

 

 

 

 

                      .Braque

 

 

 

 

   "De ma vie, je n'aurai jamais rien su faire
de particulièrement remarquable pour la gagner,
ni pour la perdre.

    Voici un témoignage partiel du genre d'activité
qui a absorbé la plupart de mon temps.

   Qu'il n'y ait pas lieu d'en être exagérément fier,
on n'aura pas besoin de me le dire.

   Nul doute qu'il y ait eu infiniment mieux à faire.        photos_blog_0162
   Mais quoi, l'occasion se dérobe à chaque tournant.
Elle s'évanouit comme une ombre.                                    
   Pourtant je suis toujours plutôt un peu en avance
aux rendez-vous,  parce  que  l'inexactitude  est la
politesse du peuple.

   Toujours debout aux premières heures de l'espoir,
je ne  cède au sommeil  qu'à  la plus extrême limite
du désastre.

   Hier encore,  je contemplais  les heures  sinistres
d'un ciel bouleversé qui reflétait la surface unit d'un 
étang noir
où  venait  éclater,  par grappes empres-
sées, des
bulles d'encre. Toujours, quels que soient
les événements,des bulles d'encre.

   Je ne  me réveillai, transi de misère et couvert
d'une  brume  glacée,  qu'au moment  où  l'on vint
m'avertir que
mon meilleur ami était mort assassiné;
On avait découvert son corps dans la cave d'un hôtel
louche où ne
fréquentaient que des gens totalement
dépourvus de moyens d'existence.
Le commissaire de  police  me 
demanda si je pouvais
reconnaître
le cadavre. je  l'apercevais par l'entrebâille-
ment de la porte.
La blessure était vraiment impression-
nante. A partir de la pomme d'Adan  jusqu'au  dessous
du nombril,
il était ouvert - comme un livre.

Pierre Reverdy " plupart du temps" Flammarion

            poèmes 1915-1922

Je citerai souvent ce poète car je l'aime énormément. J'ai toujours ce recueil pas très loin.

 

 

ireverdy1

(1889-1960)   

 

                         H O R I Z O N 

 

Mon doigt saigne 

Je t'écris

Avec

Le règne des vieux rois est fini

Le rêve est un jambon

Lourd

Qui pend au plafond

Et la cendre de ton cigare

Contient toute la lumière

 

Au détour du chemin

Les arbres saignent

Le soleil assassin

Ensanglante les pins 

Et ceux qui passent dans la prairie humide

 

Le soir où s'endormit le premier chat-huant

J'étais ivre

Mes membres mous pendent là

Et le ciel me soutient

Le ciel où je lave mes yeux tous les matins

 

Ma main rouge est un mot

Un appel bref où palpite un sanglot

 

Du sang versé sur le papier buvard

L'encre ne coûte rien

 

Je marche sur des taches qui sont des marres

Entre les ruisseaux noirs qui vont plus loin

Au bout du monde où l'on m'attend

C'est la fontaine ou les gouttes de sang qui coulent

    de mon cœur que l'on entend

Un clairon dans l'azur sonne la générale

             Pierre Reverdy    plupart du temps Flammarion

 

 

 

 

lauzes3

  

 

  Sur chaque ardoise

                         qui glissait du toit

                                    on

                            avait écrit

                                         un poème

 

 

La gouttière est bordée de diamants

                                 Les oiseaux les boivent

 

 

 

 

 

 

 

 

 

homme_assis_picasso

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Les yeux inconnus 

 

 

En attendant

Sur la chaise où je suis assis

La nuit

Le ciel descend

Tous ceux à qui je pense

Je voudrais être au premier jours

De mon enfance

Et revenir

M'en aller de l'autre coté                                                        

                        Pour repartir                                                       

 

La pluie tombe

La vitre pleure

On reste seul

Les heures meurent

Le vent violent emporte tout

Les yeux se parlent

sans se connaître

Et c'est quelqu'un qu'on aura jamais vu                                      

Qu'une seule fois dans sa vie

Pierre Reverdy  Ferrailles, Pierres  blanches  Poésie/Gallimard                                                                        

 

                                         1_lhommeassis1

                                                          (L'homme assis)

 

 

 

Pierre Reverdy est né à Narbonne le 13 septembre 1889.

Il vécut à Paris et à Solesme; il est mort à Solesme en 1960.      caudebronde

 

 

Il grandit au pied de la montagne Noire dans la maison de son père qui lui apprend à lire et à écrire.

Plusieurs de ses proches ancètres avaient été sculpteurs, travaillant la pierre d'église et le bois.

Il fait ses études au petit lycée de Toulouse et au collège de Narbone.

Il arrive à Paris en octobre 1910. C'est là, à Montmartre, au célèbre Bateau-Lavoir qu'il rencontre ses premiers amis

Pendant seize ans, il vivra, survivra, pour créer des livres. Ses compagnons sont Picasso, Braque, Matisse, Jacob, Gris et bien d'autres. toutes ces années sont liées de près ou de loin à l'essor

du surréalisme, dont il sera l'un des inspirateurs

 

En 1917, il fonde la revue Nord-Sud à laquelle collaborèrent les poètes du dadaïsme, puis du surréalisme. L'aventure durera jusqu'en 1918.

Puis, en 1926, il choisit Dieu et part vivre à Solesmes, il avait alors 37 ans, il y restera jusqu'à sa mort, à 71 ans en 1960.

Là sont nés ses plus beaux recueils, tels Sources du vent, Ferraille, Le Chant des morts... Reverdy est une sorte de

mystique de la poésie, son approche du réel fait penser aux images de nos cathédrales, à ce foisonnement, cette débauche

de formes pour exprimer l'élan mystique des constructeurs.

http://fr.wikipedia.org/wiki/

 

 

                                                       j_par_picasso

                                                       Max Jacob par Picasso

 

 

 

 

 

 

braque_portrait

             Braque                                  

jacob_cocteau

 

                                                                                                                                                                                                                                               .  Max Jacob par Cocteau      

juan_gris_par_modigliani1

 

 

   Gris par Modigliani                                                                                              

 

 

 

 

modigliani_autoportrait

 

 

 

 

self_protrait2

                                                                                         . Picasso Autoportrait                        

 

 

 

 

 

 

 

Modigliani autoportrait       

 

 

       AIR

 

                                         Oubli

                                                       porte fermée

                           Sur la terre inclinée

                           Un arbre tremble

           Et seul

                                                Un oiseau chante

 

                                     Sur le toit

                               Il n'y a plus de lumière

                                             Que le soleil                                   

 

    Et les signent que font tes doigts

 

 

georges__braque_oiseaux_sur_fond_bleu_52743 Braque

 

 

"...Reverdy n'a jamais cherché à copier le réel ni à en décalquer les

contours. A-t'il assez protesté de l'inutilité d'une telle représentation!

Et insisté sur la nécessité d'une création qui, réunissant des éléments

éloignés les uns des autres dans cette réalité, ferait jaillir de leur

rapprochement, de sa justesse, de son éclat, l'image, œuvre

de l'esprit et de la sensibilité..."

"...Reverdy, n'a donné d'existence au verbe qu'au tranchant de sa 

rencontre avec l'émotion. Guidé par le contact qu'il n'a cessé

d'entretenir avec la nature, Reverdy ressent jusqu'à

l'oppression une impassibilité immanente. Il heurte, il

répercute sa sensibilité contre ce mur dont le thème hante son oeuvre.

Il s'insurge, il s'emploie à dominer cette substance perçue vide de

l'homme, les immensités de cette absence, et il y prétend parvenir

par la prise du regard, par l'opération à la fois sensible et mentale

qui en découle, génératrice d'une réalité autonome, le poème.là

s'affirme la liberté du créateur par rapport à la manière qui le cerne.

Un tel affrontement éprouvé avec tant d'angoisse, ne se résout pas

par des artifices de langage.D'où ce dénuement volontaire du

vocabulaire , cette économie des ressources syntaxiques, ce

dépouillement qui ferait croire à une sécheresse, s'il ne fallait

Justement la réceptivité la plus exigeante au monde

extérieur pour y choisir ces figures élémentaires

, la mer , l'océan, les glaciers, le vent, le feu, la nuit,

le jour, le ciel, ses nuages, ses astres et en faire non pas

les termes d'une comparaison rebattue mais la trame

d'un langage où ils sont tissés consubstantiellement au mal-être

à la douleur comme à la joie ou à

l'inquiétude du poète."

François chapon                                                    

                                    

 

 

 

 

 

                                         modigliani_big   

                                                      . Modigliani                                     

http://fr.wikipedia.org/wiki/Amedeo_Modigliani

.

                           EN FACE

 

                 Au bord du toit

                       Un nuage danse

     Trois gouttes d'eau pendent à

                                               la gouttière

     Trois étoiles

                                       Des diamants

Et vos yeux brillants qui regardent

       Le soleil derrière la vitre

 

                 Midi

 

 

 

gris

      Juan Gris
.
.

 

                                         Par tous les bouts      
.
.

 

Comment me défaire de ces quelques dernières années       

 

tout me suit

Le monde devient de plus en plus petit

C'est une course rapide et éternelle

Comme la vie

 

Ma haine se réveille et bouche tout

je n'y vois plus

L'univers

la vie

L'éternité

Et le court moment que je passe

Des yeux m'ont regardé de la maison d'en face

La rue me bouscule

La terre est pleine de véhicules

Et je cours derrière toi sans jamais t'atteindre

L'étoile où je vivrai plus tard

vient de s'éteindre

Je ne pourrai plus jamais monter

ils sont tous là derrière pour m'écraser

D'un bout à l'autre du boulevard

Leur rire affreux

Je voudrais me venger

Il est toujours trop tard

 

 

La vie avec son cœur la vie avec ses yeux

Quel temps perdu quel temps passé

la lumière s'éteint

c'est un luxe de la mal employer

pierre reverdy  plupart du temps Flammarion

 

 

 

kubistfenster1

                              Soleil

                                                      Quelqu'un vient de partir

                                              Dans la chambre

                                                                Il reste un soupir

                                              La vie déserte

 

                                                   La rue

                                                          Et la fenêtre ouverte

                                              Un rayon de soleil

                                              Sur la pelouse verte

                                                                     Pierre Reverdy

.

.

.

 

«  La poésie n’est en rien ni nulle part, c’est pourquoi elle

peut être mise en tout et partout. Mais rien ne s’opère sans

une véritable transmutation des valeurs. Dans l’impuissance

à la saisir, à l’identifier où que ce soit, on a préféré déclarer

qu’elle régnait partout et qu’il suffisait de savoir l’y découvrir.

Or, il est parfaitement évident qu’elle est plutôt une absence,

un manque au cœur de l’homme, et, plus précisément, dans

le rapport que le poète a le don de mettre à la place de cette

absence, de ce manque. Et il n’y a poésie réelle que là ou a
été  comblé  ce vide  qui  ne  pouvait  absolument  l’être  par
aucune autre activité ou matière réelle de la vie. »

.

Pierre Reverdy – Cette émotion appelée poésie-

Sable mouvant Poésie Gallimard

.

 

.

.

.

_braque_bord_de_mer_1952

Braque  Bord de mer 1959

.

               VERS LA MER                           

   

.

On limite la charpente à l'horizon du toit

      L'arête forme le dos

                       Le fléau

                             le doigt

Les roues tournent en sens inverse

          Il fait nuit

Les rayons s'inclinent sous l'averse

Le monde qui montait rendait la nuit plus noire

               Le froid les rendait tous pareils

                  Les yeux sont fermés

                  On ne voit pas leurs mains

Et les rideaux tirés sur le mur qui se fend

   La mer

                   Le ciel

                            Aller plus loin

                            Où le monde respire

La rue est trop étroite

                          On ne peut que sourire

    Et s'ennuyer ailleurs qu'ici

                    Au pays blanc

                Près de la terre basse

                         Où l'eau descend

Pierre Reverdy    Sources du vent   Poésie/Gallimard
.
.

reverdy_picasso

 

 

Pablo Ruiz Picasso

Portrait de Pierre Reverdy.

.
"Et le poète écrit. Il écrit d'abord pour se révéler à lui même, savoir de quoi il est capable, pour tenter l'ambitieuse aventure d'accéder peut-être un jour au domaine féerique,dont les oeuvres qu'il aime lui ont donné l'insurmontable nostalgie.(...)ce qui importe c'est d'arriver à mettre au clair ce qu'il a de plus inconnu en lui,de plus secret,de plus caché,de plus difficile à déceler, d'unique.Et, s'il ne se trompe pas de voie, il aboutira bientôt au plus simple.Car, si ce qui importe surtout c'est ce qu'il peut avoir à dire pour exprimer sa personnalité la plus intime, ce qui importe autant, ce sera la façon de le dire. En effet, pour si étrange que cela puisse paraître, ce sera la façon particulière de dire une chose très simple et très commune qui ira la porter au plus secret, au plus caché,au plus intime d'un autre et produira le choc.Car le choc poétique n'est pas de même nature que celui des idées qui nous apprennent et nous apportant du dehors quelque chose que nous ignorions; il est une révélation d'une chose que nous portions obscurément en nous et pour laquelle il ne nous manquait que la meilleure expression pour nous la dire à nous même. Cette expression parfaite donnée par le poète nous l'adoptons, nous nous l'approprions, elle sera désormais l'expression de notre propre sentiment qui l'épouse."


Pierre Reverdy
Cette émotion appelée poésie

.
.


 PIERRE REVERDY
envoyé par MELMOTH

 


Emission diffusée sur france culture le 15 10 2006
.
.
.
.
.

Dans le monde étranger

 

 Je peux plus regarder ton visage
Où te caches-tu
La maison s’est évanouie parmi les nuages
Et tu as quitté la dernière fenêtre
Où tu m’apparaissais
Reviens que vais-je devenir
Tu me laisses seul et j’ai peur

 
Rappelle-toi le temps où nous allions ensemble
Nous marchions dans les rues entre les maisons
Et sur la route au milieu des buissons
Parfois le vent nous rendait muets
Parfois la pluie nous aveuglait
Tu chantais au soleil
Et la neige me rendait gai

 
Je suis seul je frotte mes paupières
Et j’ai presque envie de pleurer
Il faut marcher vers cette lumière dans l’ombre
C’est toute une histoire à raconter

 
La vie si simple et droite sans tous les petits à-côté
Vers la froide lumière que l’on atteindra malgré tout
Ne te presse pas
Qui est-ce qui souffle
Quand je serai arrivé qui est-ce qui soufflera
Mais seul je n’ose plus avancer

 
Alors je me mis à dormir
Peut-être pour l’éternité
Sur le lit où l’on m’a couché
Sans plus rien savoir de la vie
J’ai oublié tous mes amis
Mes parents et quelques maîtresses
J’ai dormi l’hiver et l’été
Et mon sommeil fut sans paresse

 
Mais pour toi qui m’as rappelé
Il va falloir que je me lève
Allons les beaux jours sont passés
Les longues nuits qui sont si brèves
Quand on s’endort entrelacés

 
Je me réveille au son lugubre et sourd
D’une voix qui n’est pas humaine
Il faut marcher et je te traîne
Au son lugubre du tambour
Tout le monde rit de ma peine
Il faut marcher encore un jour

 
A la tache jamais finie
Que le bourreau vienne et t’attelle
Ce soir les beaux jours sont finis
Une voix maussade t’appelle
Pour toi la terre est refroidie

 
De loin je revois ton visage
Mais je ne l’ai pas retrouvé
Disparaissant
à mon passage
De la fenêtre refermée

 
Nous ne marcherons plus ensemble

 

Pierre reverdy
Plupart du temps, Poèmes 1915-1922
La lucarne ovale
Editions flammarion

 

 

Posté par memoire du vent - PIERRE REVERDY - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

  • AVEC REVERDY

    AVEC REVERDY

    Ascèse du poème

    Exercices dit-on

    Un geste en abîme

    Libérateur



    Atteindre

    et remonter des tréfonds

    Des paroles mises en forme

    La tête en bas

    Des voix mêlées

    Dans leur secret


    Cependant

    Entre deux mondes

    Un toit une lucarne

    Une horloge de nuit

    Une ombre dans la rue


    "Il suffirait de rien

    Mais rien ne suffira" *

    * Pierre Reverdy

    Posté par jjdorio, 07 décembre 2008 à 05:46
  • j'aime beaucoup. il constituera cetainement mon prochain achat litteraire.

    Posté par atthespeedoflife, 10 septembre 2006 à 14:44
  • c'est un plaisir de le savoir.
    Je suis passée silencieusement voir ton blog
    mais j'aime.
    Merci

    Posté par Nathalie, 12 septembre 2006 à 21:47
  • L'ami Reverdy...

    Reverdy...

    Merci, l'amie poétesse ! Comme j'aime ton blogue... Je le suis tous les jours grâce au fil RSS, et maintenant, c'est la voix de l'Ami Reverdy !

    Quelle émotion énorme ! A pleurer beaucoup...

    Cf. http://www.randonner-leger.org/forum/viewtopic.php?pid=32773#p32773
    Merci à toi ; ton blogue est toujours un bonheur...

    Amicalement, merci encore,

    Laurent

    Posté par Laurent Bavella, 28 février 2007 à 21:25
  • C'est moi qui te remercie pour le bonheur que tu éprouves en te baladant dans la lucarne .

    Posté par nathalie, 01 mars 2007 à 00:36
  • bravo !

    Dis donc, dis donc, quel boulot ! Bravo pour ce joli site dédié à Reverdy. Nous venons de jeter un oeil rapide avec toute la petite famille. Il faudra y revenir pour prendre le temps de savourer.

    Posté par louis-marie, 26 juillet 2005 à 10:22

Poster un commentaire